Biographie,  Blog

Comment se former au métier d’écrivain public – biographe ?

Spread the love

 

 

Formation-ecrivain-public-biographe
Se former pour se légitimer

 

Au début de mon aventure de reconversion, j’ai commencé par m’initier au métier d’écrivain public, avant d’envisager une formation à la biographie. Ces professions liées à l’écriture, qu’il convient de dissocier, n’ont pas de cadre réglementé et il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme pour s’installer. Néanmoins, se former permet de tester ses compétences, de s’interroger sur sa motivation et de légitimer sa démarche… à plus forte raison si on n’a pas suivi un cursus littéraire ! Mais comment se former au métier d’écrivain public/biographe ?  Les voies d’accès ne manquent pas…

Les formations au métier d’écrivain public et biographe

Deux options sont possibles pour se former au métier d’écrivain public biographe: les formations universitaires (licences pro) et les formations courtes, en e-learning ou en présentiel. Les unes sont diplômantes, les autres qualifiantes.

 

Les formations universitaires diplômantes

La voie universitaire permet de se former à la profession d’écrivain public. Il existe notamment :

  • la licence professionnelle Conseil en écriture professionnelle et privée – Écrivain public de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • la licence professionnelle en intervention sociale : accompagnement de publics spécifiques  – Parcours écrivain public-conseil en écriture de l’Université de Toulon. 

Ces deux formations diplômantes se déroulent sur un an et s’adressent aux personnes titulaires d’un bac + 2 ou d’une VAE (Validation des acquis de l’expérience). Elles sont accessibles aux adultes en reconversion professionnelle ou à des salariés(e)s en formation continue issu(e)s du public ou du privé.

Leur objectif est de préparer les professionnels de l’écriture à intervenir auprès de tous types de publics, en tant que travailleur indépendant (statut d’auto-entrepreneur, profession libérale ou portage salarial), vacataire (collectivité, administration) ou salarié (association, entreprise…).

Elles visent aussi à valoriser la profession d’écrivain public, qui tend à se complexifier du fait de la dématérialisation des démarches administratives. L’écrivain public est, en effet, de plus en plus confronté aux difficultés d’accès aux droits des personnes qui maîtrisent mal les rouages d’Internet.

Ces formations initient les futurs professionnels aux différents volets du  métier, notamment à l’écriture de biographies. Les écrivains publics sont donc également formés au versant plus littéraire de la profession, celui d’écrivain biographe, pour aider les particuliers, entreprises ou associations à mettre en mots leur histoire.

Les formations courtes qualifiantes

Formations-metier-ecrivain-public-biographe. Le CNED (Centre national d’enseignement à distance)

Cet organisme bien connu propose une formation d’écrivain public non diplômante, qui permet de  cerner les différentes facettes du métier.  Elle associe apports théoriques (cours en ligne, vidéos…) et évaluations  (devoirs corrigés). C’est le choix que j’ai fait au début de ma démarche. Ce parcours de quelques mois, à mon rythme et sans la contrainte des déplacements, s’est déroulé dans la joie et la bonne humeur. Ma motivation en est sortie renforcée et mon projet conforté. J’étais dans mon axe et sur ma voie : écrire pour les autres.

. Le CNFDI (Centre national privé de formation à distance)

Cet autre centre de formation en distanciel forme également au métier d’écrivain public. Le contenu comporte des notions de droit civil et de législation du travail, ainsi que des cours sur les écrits professionnels, l’outil Word et les techniques de recherche d’emploi.

Des partenariats ont été mis en place entre ces deux organismes et l’AEPF (Académie des écrivains publics de France), l’une des deux associations fédérant la profession (l’autre étant le GREC, Groupement des Écrivains-Conseils®).

. L’UFR de Lettres, Sciences du Langage et Arts (LESLA) de l’Université Lyon 2

L’UFR LESLA dispense une formation qualifiante au métier de biographe. Celle-ci se déroule sur 54 heures, dans le cadre de la formation continue. Elle s’adresse à des personnes ayant déjà une pratique de l’écriture. Les ateliers, animés par Isabelle Sarcey, permettent d’acquérir les techniques nécessaires pour écrire l’histoire d’une personne ou d’une institution.

. Iscriptura

Dans le cadre d’Iscriptura,l’organisme datadocké et certifié qu’elle a créé, Isabelle Sarcey propose une formation en distanciel au métier de biographe.  Apports théoriques, exercices pratiques, mises en situation, échanges en visio, entretiens téléphoniques permettent d’apprendre à écrire pour et avec autrui.

C’est ce parcours que j’ai choisi. Il m’a permis une réflexion de fond fructueuse autour de la profession et de mon potentiel créatif.

. Aleph-écriture

Cette école certifiée Qualiopi, fondée en 1985, propose trois modules sur l’écriture de récits de vie : initiation à la biographie (raconter la vie d’autrui),  initiation pour écrire et transmettre son histoire de vie, et autobiographie.

Les formations d’Iscriptura et d’Aleph-écriture ne sont pas encore éligibles au CPF, mais d’autres financements sont possibles (employeur, OPCO, Pôle emploi…).

. Côté Talents

Organisme de formation certifié, Côté Talents propose deux formations en partenariat avec le Projet Voltaire : « Devenir écrivain public » et « Devenir biographe« , toutes deux éligibles au CPF.

À noter : cette liste n’est bien sûr pas exhaustive, et l’ami Google vous aidera à affiner votre recherche ! Il vous orientera notamment vers :

. Stardust MasterClass ;

. La Voix et la Plume ;

. le DU HIVIF (diplôme universitaire Histoires de Vie en Recherche et Formation)…

Se former au métier d’écrivain public biographe : les bonus

Se former au métier d’écrivain public biographe passe aussi par des « petits plus », qui peuvent valoriser son parcours de formation. 

Certificat Voltaire, le coriace !

Certificat-Voltaire

Préparer le Certificat Voltaire, certification en orthographe qui atteste des capacités de son titulaire à écrire sans fautes, est une leçon d’humilité ! Même quand on pense avoir un niveau très correct en orthographe, on prend conscience qu’une montagne reste à gravir…

La langue française m’a donc réservé bien des surprises. J’ai pu dénicher des tournures de phrases surprenantes et des expressions peu usitées, mais pourtant bien académiques. Avec un peu de préparation en e-learning, j’ai réussi à décrocher un score supérieur à 900 sur 1000. Ce niveau « expert » est recommandé pour exercer les métiers liés au monde des lettres.

L’AEPF et le GREC : une entrée sélective et des formations

L’AEPF propose une procédure d’agrément*. Le but de cette journée de tests est d’évaluer le niveau du candidat. L’agrément atteste de ses aptitudes rédactionnelles et de sa capacité à exercer ce métier. L’AEPF organise régulièrement des journées d’information pour présenter la profession. Par ailleurs, elle dispense différentes formations : spécificités du métier, techniques de l’écriture biographique, perfectionnement Word, démarchage commercial, permanence d’écrivain public.

Le GREC dispose également de sa procédure de sélection, qui se déroule en deux étapes. Dans un premier temps, un entretien avec un(e) garant(e) permet d’évaluer la motivation du postulant à rejoindre l’association. Un test écrit, soumis à une commission d’examen, permet ensuite d’évaluer ses compétences rédactionnelles. Le GREC propose parallèlement une formation à distance au métier d’écrivain biographe, d’une durée de 120 heures sur 24 semaines.

 

Me former au métier d’écrivain public a donc été la première pierre posée à l’édifice de ma reconversion. Cette démarche m’a permis d’amorcer le processus. J’ai continué avec la formation de biographe, puis avec celle d’animation d’ateliers d’écriture (de nouveau avec Iscriptura), pour terminer, en 2019, par une formation à la rédaction web et au SEO. Par ces approches complémentaires de l’écriture, j’ai avancé peu à peu dans mon projet. J’ai pu confirmer ma motivation, affirmer ma détermination, et  trouver un véritable épanouissement dans ma vie indépendante de freelance !

 

* J’ai décroché ledit sésame en novembre 2015.

 

 

 

2 commentaires

  • Audouin

    Bonjour Annie,
    Votre page « comment se former » m’a beaucoup plu et appris des choses. Merci pour ce partage, et bravo pour votre réussite. Je suis au tout début de mon chemin pour devenir un jour peut-être un « prête-plume » comme vous. Il m’a semblé à vous lire qu’un investissement certain est nécessaire en temps, et en énergie ! Merci encore pour m’avoir éclairé. Bien cordialement, Daniel

  • Piriou

    Bonjour,

    Je suis un ancien journaliste pigiste… avec une petite retraite car j’ai un parcours de vie atypique.

    J’ai aussi écrit un ouvrage en auto-édition… J’ai la passion de la lecture et bien sûr de l’écriture. Je voudrais bien continuer à écrire maintenant que je suis en retraite et aussi pouvoir vivre un peu mieux mes fins de mois par un complément. Les petites retraites sont souvent inérieures au seuil officiel de pauvreté.

    Il me serait plaisant d’écrire pour d’autres et souvent déjà, j’aide des ami es qui ont des difficultés à rédiger un courrier administratif de temps en temps. Je pouvais en même temps suivre la conversation, répondre aux questions et rédiger un courrier. A 70 ans mon cerveau fonctionne encore vite… pensez-vous que je puisse prétendre à devenir biographe, écrivain public…?

    Pour me situer et encore m’améliorer, la formation du CNED est intéressante.

    Dans cette attente et en vous remerciant de précieux conseils pour un novice…

    Cordialement

    Michel Piriou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.