L'écriture

L’écriture thérapeutique : un soin à la portée de chacun

Spread the love

Les études scientifiques semblent unanimes : écrire fait du bien. L’écriture serait même une bénédiction pour notre santé : elle améliore le sommeil, soulage les douleurs, apaise l’anxiété et atténue la dépression. Issu de ces découvertes, le concept d’écriture thérapeutique va encore plus loin. Utilisée par des professionnels du soin, elle permettrait de dénouer des problèmes psychologiques, de booster sa confiance en soi ou de développer sa créativité. L’écriture thérapeutique est donc un soin à la portée de chacun. Alors, pourquoi s’en priver ?

Écrire : un baume pour le corps et l’esprit

Un outil d’art-thérapie parmi d’autres

L’écriture thérapeutique fait partie des nombreuses approches d’art-thérapie qui contribuent à solliciter notre créativité. Selon les spécialistes, elle permet de transcender par les mots une réalité difficile, voire traumatisante, en libérant les affects. Au même titre que la peinture, la musique, la sculpture ou la danse, l’écriture thérapie est une façon d’exprimer un mal-être.

L’avantage majeur de l’écriture thérapeutique est qu’elle est très accessible : peu importe le talent d’écriture, il suffit d’une feuille, d’un crayon ou d’un clavier. En atténuant le niveau de stress, ce moyen inoffensif et gratuit  évite ou limite la prise de médicaments.

Les nombreux bienfaits de l’écriture thérapeutique

De nombreuses expériences ont prouvé que les bienfaits de l’écriture expressive sont multiples, tant pour le corps que pour l’esprit. Elle peut en effet :

  • atténuer les symptômes de la dépression : accueillir ses émotions et les mettre en mots sur le papier est un bon exutoire ;
  • alléger le stress : confier à une page blanche ses petits ou grands soucis permet de prendre de la distance face aux agressions du quotidien, de se libérer d’un poids émotionnel ;
  • améliorer l’humeur : aligner des mots et construire des phrases aide à lutter contre les ruminations ;
  • développer la créativité : en écrivant, nous posons les choses et nous visualisons le fil de nos pensées ;
  • stimuler la mémoire : écrire mobilise certaines fonctions cérébrales qui stimulent la mémoire et la capacité de concentration, favorisant ainsi les apprentissages ;
  • faciliter la réalisation de ses objectifs : quand on pose sur le papier les projets qui nous tiennent à cœur, ils seraient davantage susceptibles de se réaliser. Visualiser quotidiennement ses objectifs permet de s’y tenir, de se projeter dans la réussite et de passer plus facilement à l’action ;
  • soulager les douleurs du corps.

 

 

Ecrire pour aller mieux

Qu’est-ce que l’écriture thérapeutique ?

Trouver un sens aux événements

Depuis les années 1980, l’écriture thérapeutique est devenue un véritable outil de soin. À l’instar du journal intime, né au début du XIXe siècle, la thérapie par l’écriture est bénéfique par son effet cathartique.

La période de pandémie, avec ses confinements propices à l’introspection, a d’ailleurs engendré une forte augmentation du nombre de manuscrits. Les éditeurs affirment avoir reçu jusqu’à 30 % d’ouvrages en plus, tous genres confondus (romans, fictions, témoignages, autobiographies…). Les ateliers d’écriture en ligne, dont le nombre a explosé pendant les périodes de distanciation sociale, témoignent également du besoin d’utiliser les mots pour se dire et pour prendre soin de soi…

L’expression écrite est un miroir qui nous renvoie notre image. Ce moyen simple permet de se mettre à distance des événements et d’accéder à nos émotions. Il nous invite à prendre du recul pour nommer, comprendre et analyser nos ressentis. L’écriture thérapie donne du sens aux difficultés que l’on traverse et permet de s’approprier les événements. Les mots écrits modifient le regard que nous portons sur nous-mêmes. Par ce biais, la réalité s’éclaire et prend un sens nouveau.

Comment utiliser l’écriture thérapeutique ?

Le principe de cette approche est de mettre des mots sur une situation difficile et d’exprimer les émotions qui s’y relient. Peu importe la forme (journal, poèmes, lettre, conte, nouvelle, etc.), l’essentiel est la pratique régulière, voire quotidienne. C’est la condition pour faire de la thérapie par l’écrit un soin à long terme.

Quand on la pratique seul, il est important de s’isoler pour consacrer ce temps uniquement pour soi. L’écriture thérapeutique peut aussi se pratiquer avec un thérapeute en séances individuelles, mais aussi en groupe dans le cadre d’ateliers d’écriture. L’écho des autres augmente l’impact du bénéfice, de par son effet de résonance. Ne craignez surtout pas le regard du groupe, le thérapeute veillera à ce que la  bienveillance constitue la règle de base de ces rencontres…

L’écriture manuelle est conseillée, car elle a l’avantage de stimuler des zones du cerveau liées à la créativité. Mais il est également possible d’utiliser le clavier d’ordinateur. Inutile de se soucier du style et des codes. L’écriture doit être totalement libre, sans préoccupation du jugement des autres… ni du sien ! Jeter les mots sur le papier tels qu’ils viennent, est la meilleure façon de laisser l’inconscient s’exprimer, de lâcher prise, d’exprimer des émotions authentiques. Par contre, il est nécessaire de prendre le temps de se relire, car c’est cette étape qui permettra la prise de conscience, premier pas vers le changement.

Comment se lancer dans l’écriture thérapeutique ?

Différentes approches sont possibles. On peut parler de soi, des problématiques que l’on traverse, mais aussi de thèmes plus éloignés. Cette option a l’avantage de se décentrer, de sortir de soi. On peut  se laisser guider par la littérature, celle qui nous porte et nous inspire, en partant d’extraits de romans ou de poésie. Il est également possible de s’inspirer de musiques, d’objets, de photos ou de tout autre support, pour créer le cadre propice à l’expression écrite.

Réaliser son autobiographie fait également partie des démarches d’écriture thérapeutique. Seul ou avec l’aide d’un professionnel, raconter sa vie dans le but de rédiger une biographie permet une prise de recul (voire de conscience) salutaire et thérapisante.

Quels bénéfices peut-on en attendre ?

Écrire sur soi est libérateur et aide à évacuer le trop-plein d’émotions négatives. Cette technique peut donc être pratiquée pendant une période de stress intense ou dans une situation particulièrement douloureuse (deuil, séparation, maladie).

C’est aussi un outil complémentaire dans la prise en charge des troubles psychiques et psychosomatiques. Il est adapté pour traiter un problème psychologique de fond et combattre différents troubles (anxieux, dépressifs, addictifs, obsessionnels…), parallèlement aux traitements médicamenteux lorsque ceux-ci s’avèrent nécessaires. Elle peut également soulager les douleurs physiques. En agissant notamment sur le rythme cardiaque et respiratoire, elle a une influence sur la souffrance physique et favorise la diminution des symptômes. Au même titre que l’art-thérapie, elle est utilisée en complément de la médication classique pour traiter certaines pathologies lourdes (polyarthrite, cancer…) et aide à mieux supporter les traitements.

Par ailleurs, elle stimule la confiance en soi. Elle peut nous surprendre, en boostant notre créativité et en nous prouvant que nous sommes capables de produire une réalisation inattendue. L’estime de soi peut donc en sortir renforcée.

 

L’écriture thérapeutique permettrait donc d’améliorer la santé psychique en favorisant la prise de conscience et l’acceptation de soi, et de favoriser un mieux-être physique en diminuant la douleur. Dans tous les cas, et quel que soit le bénéfice espéré, elle autorise à prendre un temps avec soi-même pour une pratique créative et récréative. Rien que pour cela, la démarche en vaut la peine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.